Maintien de la fertilité lors de chimiothérapies et de radiothérapies

Une chimiothérapie ou une radiothérapie peut entraîner une atteinte durable des gonades. Bien qu'il n'y ait généralement pas d'objections médicales à une grossesse après la fin d'un tel traitement, la procréation d'un enfant peut éventuellement ne plus être possible en raison d'une perte de fonction des gonades.

Au cours des dernières années, de nouveaux traitements médicamenteux et de nouvelles techniques de la reproduction ont été développés, qui réduisent l'atteinte des gonades sous traitement cytotoxique ou qui permettent d'obtenir et de conserver de façon durable des gamètes ou du tissu gonadique en vue d'un désir d'enfant ultérieur.

Si des hommes doivent se soumettre à un traitement cytotoxique, il est alors possible de prélever des échantillons de sperme et de les conserver dans la banque de sperme de notre Clinique de gynécologie.

Si des femmes doivent subir un traitement cytotoxique, le traitement est un peu plus contraignant.

Lors d'une irradiation du bassin, il faut déplacer transitoirement un ovaire ou les deux ovaires dans la partie supérieure de la cavité abdominale, afin de diminuer l'exposition au rayonnement.

Si une chimiothérapie ou une radiothérapie est administrée à de très jeunes femmes, il y a alors la possibilité de conserver du tissu ovarien, que l'on prélève par un examen au spéculum et qui peut plus tard être à nouveau transplanté dans l'ovaire.

Il y a aussi la possibilité de prélever des ovules non matures ou matures et de les congeler imprégnés ou non imprégnés. Une stimulation hormonale peut éventuellement être requise à cet effet, qui ne dure pas plus de 2 semaines. 

Vous trouverez une présentation précise des possibilités de maintien de la fertilité et un grand nombre d'autres informations importantes sur le site web du réseau  FertiPROTEKT (www.fertiprotekt.ch). Ce réseau pour des mesures de maintien de la fertilité lors de chimiothérapie et de radiothérapie a été initié et mis sur pied en mai 2006 par le directeur de ce Service d'endocrinologie gynécologique. Il sert à une utilisation globale, à la qualité contrôlée, de techniques de maintien de la fertilité.


L'expertise accumulée pendant la mise sur pied et l'exploitation du réseau est depuis lors entièrement disponible en Suisse. C'est ainsi que l'on a construit à l'Inselspital une cryobanque centrale qui satisfait aux stricts critères de qualité de l'UE pour la conservation à long terme de tissu ovarien, etc. Il y a aussi la possibilité de prélever du tissu ovarien avant une chimiothérapie ou une radiothérapie dans d'autres régions de la Suisse et de les transférer dans notre cryobanque au moyen d'un système de transport spécial.

Si l'administration d'un traitement cytotoxique est envisagée, le médecin traitant, la patiente ou ses proches devraient prendre immédiatement contact avec nous. D'entente avec le médecin traitant, nous conseillerons la patiente sur le risque d'atteinte durable de ses gonades et sur les possibilités thérapeutiques qui s'offrent pour le maintien de sa fécondité. Si une mesure de protection de la fécondité s'avère judicieuse et qu'il reste encore suffisamment de temps avant le début du traitement cytotoxique, un traitement approprié est immédiatement instauré.

Une prise de contact peut se faire par le biais du

  • Secrétariat:
    Téléphone: +41 31 632 13 03
     
  • Prof. Michael von Wolff
    Directement à tout moment par E-Mail , par SMS ou (le plus souvent) par téléphone: +41 79 850 19 80